20 Novembre 2021 à 12h13 - 919

Quels investissements ont rapporté pendant le confinement ?

L’économie ayant été quasi à l’arrêt vers le milieu du premier semestre 2020 en raison du confinement imposé par l’État, la majorité des produits de placement ont lourdement accusé l’effet du krach. Pourtant d’autres marquent leur ascension en poursuivant sur leur bonne lancée.

 

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI)

American Express, Cartes, AméricaineCe sont ces actifs à base d’immobilier qui ont le plus émergé dans le paysage des investissements, ayant parfaitement su contourner les retombées de la crise et maintenir d’excellentes performances. De nouvelles SCPI sont même nées en pleine période de turbulences, tandis que d’autres ont su profiter des différentes opportunités pour servir un rendement exemplaire, nettement supérieur à la moyenne. Si celui de toutes les SCPI confondues est de 4.18%, le rendement de ces SCPI à stratégie opportuniste est de plus de 5%. Certaines affichent même un taux de distribution supérieur à 6%.

Les SCPI ont aussi pour avantage principal d’être souscrites en ligne. Ainsi, plus besoin de se déplacer pour en placer dans son portefeuille. Il suffit alors de rester en sécurité chez soi et de profiter de tous les services dématérialisés pour avoir accès à ces produits pierre-papier en période de confinement ou non.

 

Les places de parking

Même en période de reprise d’activité, et pas seulement pendant le confinement, la demande est élevée, notamment dans les grandes agglomérations et les quartiers tendus. Les places de parking à louer deviennent en effet un excellent placement pour ceux qui tablent sur un rendement de plus de 5%, en plus de l’absence de travaux d’entretien. Celui-ci peut d’ailleurs frôler le seuil des 9% par an. Pas de lourdes procédures à supporter par rapport à la souscription du contrat, pas de diagnostic à réaliser comme dans le cas de la location immobilière. La gestion est plus simplifiée, de manière générale.

 

L’immobilier résidentiel

Être confiné chez soi, c’est avoir à repenser son espace de vie et réaménager son espace de travail. La demande locative a connu une augmentation sensible pour les logements de taille intermédiaire, que ce soit dans les grandes villes qu’en périphérie. Ceux qui ont les moyens d’investir dans de l’immobilier physique en zone plus détendue, dont le mètre carré est d’ailleurs moins couteux, pourront tabler sur un bon taux d’occupation en raison de la migration des ménages vers la campagne et ce, avec la généralisation du télétravail.

 

L’immobilier du secteur de l’e-commerce

L’e-commerce a profité d’un essor plus que satisfaisant pendant la période de confinement. Investir dans un entrepôt ou un magasin de stockage se révèle en effet porteur. Par ailleurs, à noter que ces immeubles de logistique sont plus rentables lorsqu’ils sont implantés entre les grandes villes et les périphéries dans le but de faciliter les livraisons et rentabiliser la logistique du dernier kilomètre.

 

Le crowdfunding immobilier

La collecte de dons via le crowdfunding qui est un mode de financement participatif est demeuré stable pendant toute la période de confinement. Cela grâce aux mesures d’accompagnement mises en place, en plus d’un partage de connaissances sur les diverses aides potentielles. Les secteurs les plus porteurs sont ceux liées à l’immobilier. Il en est de même pour la santé, l’alimentation et le numérique, sans oublier l’environnement et les énergies renouvelables.

 

Les livrets, l’assurance-vie et le PER

Certains livrets, de même que l’assurance-vie et les produits d’épargne pour la retraite demeurent des moyens classiques mais sûrs, pour sécuriser son argent. Si les livrets rapportent peu cependant, assurance-vie et Plan d’épargne retraite à contrat multisupport peuvent se révéler rémunérateurs.

 

La meilleure stratégie pour investir après la pandémie et pour sortir indemne des différentes périodes de confinement serait de diversifier les placements, par rapport aux possibilités financières de chaque investisseur. Plusieurs critères sont à considérer, tels que le niveau de risque et l’horizon de placement. Il est aussi prudent de toujours analyser les différents secteurs et leur évolution en tenant compte de la conjoncture.

Finance

  1. 7 Oct. 2020SCPI : quel a été l'impact de la crise sur l'immobilier ?22422